Revenu Minimum Universel : l'avenir appartient aux entrepreneurs

On entend beaucoup parler aujourd’hui de Revenu Minimum Universel, notamment depuis que la Finlande a testé l’idée. Alors, mode ou tendance de fond ? Est-ce la fin du travail ou bien l’avènement d’un nouveau mode de travail, plus favorable à l’entreprenariat ? On penche pour le second, et voici pourquoi.

Revenu Minimum Universel, Revenu Inconditionnel, Allocation Universelle : l’idée est séduisante, et étonnamment, en France, elle a ses partisans à droite comme à gauche. Mais n’entrons pas dans des débats idéologiques, et regardons les faits, qui peuvent paraître menaçants…

L’évolution du travail : à quoi servent encore les humains ?

1908 : Henry Ford divise le travail sur les chaînes de fabrication de sa Ford T en petites tâches répétitives, donnant naissance au Fordisme. Le premier pas dans l’automatisation du travail est franchi. Les conséquences ? Plus de productivité et moins de main-d’œuvre nécessaire.

Avec l’arrivée des machines-outils, les tâches répétitives effectuées par l’homme deviennent obsolète, et c’est la machine qui s’y colle.

Aujourd’hui, la finesse des tâches qu’une machine peut effectuer augmente à la vitesse des progrès de la technologie. Des exemples ? Naïo Technologies invente la machine autonome à désherber, qui remplace les petites mains saisonnières sur les exploitations. Google souhaite lancer son véhicule autonome sans conducteur : après Uber, la prochaine menace de remplacement du taxi parisien ?

Même les tâches intellectuelles se voient automatisées et les emplois humains deviennent moins nécessaires. La dématérialisation des tâches administratives par exemple : vous déclarez vos revenus sur Internet ? Plus personne pour ouvrir les lettres, saisir les chiffres, faire des calculs, l’ordinateur se charge de tout. Idem dans les entreprises : le nombre de recrues au service comptabilité fond comme neige au soleil.

Automatisation du travail : dans les Temps Moderne, l'acteur Charlie Chaplin dénonce la déshumanisation des tâches
Automatisation du travail : dans les Temps Moderne, l'acteur Charlie Chaplin dénonce la déshumanisation des tâches
Naio Technologies, startup française, invente le robot désherbeur autonome baptisé Oz
Naio Technologies, startup française, invente le robot désherbeur autonome baptisé Oz

Bientôt la fin du travail salarié ?

Alors oui, vu comme ça, on peut se rebeller contre la machine, l’industrialisation, la déshumanisation du travail. Et pourtant… D’une part elles nous permettent d’avoir accès à de la nourriture et des biens de consommation à un prix plus abordable qu’il y a un siècle. Et d’autre part, qui voudrait vraiment, du fond de son cœur, travailler toute sa vie à visser le boulon n° 243 des prochaines Renault Clio ?

Avec les progrès de la productivité, la production de valeur dans la société augmente, mais les êtres humains se retrouvent sans travail. De là à vouloir redistribuer la richesse créée pour financer la mise au chômage forcée des travailleurs via un Revenu Minimum Universel, il n’y a qu’un pas… Que les pays riches commencent à envisager très sérieusement – et très logiquement.

Mais alors, la question qui va se poser pour tous les travailleurs, en particulier ceux qui touchent un salaire bas, et qui fait frémir les hommes politiques, est celle-ci : à quoi bon travailler ? Pour certains, l’alternative risque de se présenter de la façon suivante :

Rester dans un job peu épanouissant n'est pas très bon pour le moral
1. Trimer toute la semaine dans un boulot peu épanouissant pour gagner le SMIC ; habiter dans une ville surpeuplée, polluée et stressante où la vie est chère ; payer les transports, la voiture…
Revenu Minimum Universel : le point de départ d'une autre manière de vivre ?
2. Bénéficier du Revenu Minimum Inconditionnel (certes moindre) ; habiter où on le souhaite et dans un meilleur environnement ; économiser sur le prix des transports, le coût de la vie – et faire pousser ses tomates…

Le choix est vite fait pour certains, qui ont déjà opté pour l’option n°2, même en l’absence d’Allocation Universelle, comme dans cet article qui illustre comment vivre de sans revenu.

Avec le Revenu Minimum Universel, non à la standardisation, oui à l’initiative créative !

Au-delà du rejet des tâches répétitives et déshumanisantes, on assiste à une remise en cause des produits de cette société de consommation : produits standardisés, pollution, maladies liées à l’utilisation de produits chimiques… L’être humain en a marre du « tout standard » et de ses dérives.

De plus en plus de gens se tournent vers des modes de vie alternatifs, qui remettent la créativité et l’initiative personnelle au centre de la vie : création manuelle et personnalisée (des sites comme Etsy ou aLittleMarket montrent le renouveau des travaux manuels) ou création d’entreprise, avec des services malins et novateurs. L’incroyable engouement qu’on voit autour de la création d’entreprises et de startups n’est pas un hasard.

Quel rapport avec le Revenu Minimum Universel ? Comme le souligne judicieusement l’article de Wikipédia sur le Revenu Universel, cette Allocation Inconditionnelle diminue la prise de risque pour les entrepreneurs : lancez votre entreprise, si vous échouez, vous avez un Revenu Inconditionnel garanti. Plus de fausse excuse pour continuer de vous ennuyer dans ce boulot rébarbatif ni de raison de continuer à supporter ce chef aigri… Faites ce qui vous plait réellement !

Une expérience menée en Namibie et décrite dans un article de Courrier International illustre justement ce fait : l’octroi d’un Revenu Minimum Universel favorise la prise d’initiative personnelle.

Et la créativité, l’inventivité sont des qualités qu’on n’a pas encore réussi à insuffler aux ordinateurs. Alors, à quand le Revenu Inconditionnel et qu’attendez-vous pour entreprendre ?

A Little Market : la plateforme d'achat et vente du 100% fait main
A Little Market : la plateforme du 100% fait main fournit déjà une source de revenu pour les créateur du monde entier

Et n’oubliez pas :

Recent Posts
Showing 2 comments

Leave a Comment